La soufrière : le volcan de la Guadeloupe



LA SOUFRIERE : SOMNOLENCE VOLCANIQUE DE LA VIEILLE DAME


L’arc des Petites Antilles, situé dans la partie la plus orientale de la zone centrale des Amériques, est composé d’une série d’îlots. La Guadeloupe est la plus grande de ces petites îles. La partie occidentale de cet arc est fait de volcans dont les manifestations historiques sont connues. Certains de ces volcans ont des aires fumérolliennes jusqu’ici très actives. Comme une reine fumante au centre de cette chaîne, la Soufrière de la Guadeloupe domine. C’est un volcan de type péléen, explosif à nuées ardentes. La Soufrière dont le sommet est appelé La Découverte, fait partie d’une chaîne volcanique complexe : la Grande Découverte- Soufrière. Cet ensemble comprend : Grande Découverte, Carmichaël, Amic, Soufrière, Echelle et Citerne.

De tous, seule la Soufrière est considérée comme un volcan actif bien qu’étant en repos éruptif. L’histoire de ce volcan laisse à penser qu’il est pour l’heure, le seul susceptible, dans un temps relativement court, d’entrer en éruption.

Le dôme de la Soufrière souvent recouvert de brumes, qui culmine à près de 1 467m a une forme conique avec une base de 900 mètres et 400 mètres de large au sommet, sur une hauteur de 250 mètres. Les flancs sont animés par une activité fumérollienne permanente au travers des nombreux cratères, entailles et gouffres qui laissent échapper des vapeurs sulfureuses et des gaz, des fumerolles et des sources chaudes.

D’une façon générale, les volcans dérivant d’un enfoncement d’une plaque lithosphérique océanique sous une autre qui avance en sens inverse sont réputés très explosifs car le magma produit est d’une grande viscosité avec création de dôme. Depuis le XVIème siècle, la Soufrière n’a plus connu d’éruption magmatique. Depuis lors, la plupart des éruptions de la Soufrière sont de type phréatique la dernière étant de 1976. Les éruptions phréatiques sont ici dues à la proximité de la mer et la forte pluviométrie qui imbibent la base et les flans du massif montagneux. Les eaux d’infiltration à l’intérieur rencontrent les roches en fusion (le magma), la vapeur produite prise au piège monte en pression et c’est alors que survient l’explosion avec des projections diverses et des émissions de vapeurs, des coulées boueuses. C’est ce qui s’est passé en 1976 après que près de 75.000 personnes de la partie sud de la Basse-Terre (de Vieux-Habitants à Ste Marie de la Capesterre), aient été évacuées. Aucune victime n’a cependant été déplorée ; seuls des dégâts matériels ont été observés. Selon les vulcanologues, les risques liés aux éruptions phréatiques sont moindres.

Au cours de son histoire, le dôme de la Soufrière a connu de nombreuses éruptions phréatiques dont les plus importantes ont eu lieu en 1797-1798 et en 1976-1977. Le volcan étant en sommeil mais pas éteint, de telles éruptions peuvent encore se reproduire. D’où la vigilance de tous les instants de l'Observatoire volcanologique construit dans les monts Caraïbes. Le sommet de la Soufrière est à deux heures d’ascension à quelques kilomètres de la ville de Saint-Claude près de Basse-Terre.

Bref rappel de l’histoire géologique de la Soufrière :

• 200.000 à 42.000 ans : "phase Grande Découverte" correspondant à la mise en place de la Grande cuvette de la Grande Découverte.
• 42.000 à 11.500 ans : "phase Carmichaël" avec la formation des dômes et des éruptions pyroclastiques.
• De 8.500 ans à nos jours : "phase Soufrière" avec la construction d’un nouvel édifice volcanique au sud de Carmichaël.
Les différents types d'activités volcaniques de la Soufrière :

• Éruptions phréatiques (tous les 20 à 50 ans) : elles sont les plus fréquentes au cours des 500 dernières années d'activité de la Soufrière (1680, 1797-98, 1836-37, 1956, 1975-77).
• Éruptions avec édification de dôme (itération: 500 à 1000 ans) : au moins trois éruptions de ce type en 3000 ans. Le dôme actuel de la Soufrière a été formé il a environ 1440 après JC.
• Éruptions à écroulement de flanc (itération : 2000 à 5000 ans) : au moins 5 événements de ce type depuis 10 000 ans.
• Éruptions explosives avec formation de cônes de scories (itération : 5000 à 10 000 ans).
• Éruptions effusives avec formation de coulées de lave (itération : 10 000 à 20 000 ans) très fréquentes dans la construction du massif volcanique de la Soufrière.